Émile Bergerat

Bergerat, Auguste, Émile, journaliste et littérateur français, né à Paris le 29 avril 1845*, décédé à Neuilly le 13 octobre 1923*.

Après des études au lycée Charlemagne et un échec en Sorbonne, il put faire jouer, en 1865, un acte à la Comédie française. Auteur dramatique, poète, romancier, il laissa un grand nombre de volumes dont quelques-uns étaient les reprises des très nombreux articles qu’il donna à la presse. Après avoir tenu la rubrique artistique au Journal officiel, puis, après avoir fondé et dirigé La Vie Moderne, il collabora en effet au Matin, au Voltaire, à L’Événement, au Soir, au Gil Blas, au Don Quichotte, au Bien public, au Journal, au Figaro, où il signait ses chroniques sous le très célèbre pseudonyme de Caliban, etc. Il publia aussi plusieurs volumes de souvenirs dont un consacré à Théophile Gautier dont il avait épousé en 1872 la fille cadette.
Bergerat fut un des premiers à écrire sur l’Affaire sans hurler avec la meute. En 1899, dans une interview à Marcel Lheureux, il pouvait se présenter comme « le doyen des dreyfusards » ou plus exactement comme « le dreyfusard préhistorique » (« Notre enquête », La Liberté du 13 mai 1899). En effet, après avoir reçu la visite de Mathieu Dreyfus qui cherchait quelques appuis, « ému » par le récit du frère (Mathieu, p. 28) et choqué par la manière dont la presse traitait l’information, il écrivit, dès le 6 novembre 1894, dans Le Journal, un remarquable article non pour dire que Dreyfus était innocent mais qu’il avait « le droit de l’être », ce que lui refusait la presse qui rendait sa justice avant les tribunaux, une

justice sommaire, tumultuaire, aveugle, sourde et poltronne, qui décide le crime sur le fait seul de l’accusation, – que dis-je ? – sur la religion même d’un accusé ! Car on est allé jusque-là, en France, terre d’hommes libres et généreux !
[…] si, […] dans la patrie française le juif n’a pas, comme le chrétien, le droit d’être innocent et réputé tel jusqu’à la condamnation ; s’il n’est pas, en 1894, indemne des préjugés féodaux, c’est que la Révolution française est une blague immense et que nous pataugeons encore dans la mare à grenouilles du moyen-âge. 
[…] Ah ! parbleu oui, confrères, vous pouvez bien le lui laisser, au moins pour le principe et par respect pour nos lois, ce droit imprescriptible, fussiez-vous assurés, comme vous semblez tous l’être, de sa culpabilité, d’ailleurs trop apparente.  […]
Cet homme, quoi qu’il ait fait, ne peut pas en endurer davantage que ce que lui en infligent les organes de l’opinion publique. S’il a lu, dans sa prison préventive, un seul des journaux parus depuis huit jours à Paris, il doit avoir dans l’âme toutes les tortures de l’enfer et le sang lui crève certainement la peau. Or, il n’est pas jugé ! Son avocat n’aurait qu’à déposer sur la table du conseil de guerre la pile des feuilles où son nom est prononcé, et à s’asseoir en constatant que l’arrêt est rendu avant tout interrogatoire. On lui refuse le droit d’être innocent. Il ne reste plus qu’à le livrer aux massacreurs qui l’attendent derrière la porte avec des piques, des maillets et des haches […] » (« La Prévention morale »). 

Mais, comme il l’ajoutait dans l’interview précédemment citée, il ne se prononçait pas, n’en ayant aucune idée, sur l’innocence ou la culpabilité du capitaine : « Je constatais seulement que Dreyfus était jugé dans des conditions exceptionnelles, anormales, parmi des clameurs barbares et au milieu d’une atmosphère si défavorable qu’il était en quelque sorte perdu avant même d’être jugé… Ce n’était là qu’un cri d’humanité et d’équité que je poussais et dont je m’honorerais même si je n’étais pas, comme je le suis aujourd’hui, convaincu de l’innocence du pauvre diable ». Il racontait à la suite, comme il l’avait fait le 15 septembre 1896 dans un autre article du Journal (« La Poignée de main »), « une petite lâcheté commise ». Mathieu, après avoir lu l’article de 1894, étant venu le voir – « et, Drumont peut m’en croire, il ne m’offrit pas les trente deniers classiques pour soutenir de ma plume une campagne en faveur de son frère » –, il l’écouta et ne put, malgré son émotion, lui serrer la main qu’il lui tendait (notons que Mathieu ne parle pas de cette deuxième visite et Bergerat ne parle pas de la première).
À la fin de 1896, racontait-il encore à Marcel L’Heureux, après la publication de son second article du Journal, il reçut la visite de Forzinetti dont l’enthousiasme acheva de le conquérir. Mais il refusa de marcher, se sentant trop seul alors. Et, quand, l’année suivante, « le mouvement en faveur de la révision se dessina », décidé enfin à dire « [s]on trouble et [s]on angoisse », il se vit refuser l’insertion de ses articles. « Et M. Xau alla même, dans la crainte de déplaire à sa clientèle, jusqu’à me rendre une chronique, que m’avait inspirée l’admirable lettre par laquelle Mme Dreyfus demandait à aller rejoindre son mari à l’Ile du Diable… […] Le cri de pitié, jeté par un journaliste à cette occasion, a pu sembler à un directeur de journal susceptible de choquer les lecteurs français ». Mais si, fin février 1898, un de ses articles avait été refusé, il oubliait que fin novembre 1897 il avait fait allusion à l’Affaire dans une de ses chroniques de L’Éclair. Ironisant sur les graphologues, il évoquait la deuxième brochure de Lazare qui lui avait provoqué deux terreurs : celle qui l’avait poussé à faire l’acquisition immédiate d’une machine à écrire et celle dont il n’avait « rien à vous dire », disait-il à ces lecteurs : « elle est la vôtre » (« Graphologie et chiromancie », 22 novembre 1897). Que voulait-il dire par-là ? La terreur de l’erreur judiciaire commise ou, plus sûrement, partagée avec les lecteurs de L’Éclair, celle de la défense d’un traître ?
Bergerat, à notre connaissance, n’interviendra plus dans l’Affaire. Il continuera de collaborer aux antidreyfusistes Le Journal et L’Éclair et ne signera pas les différentes listes de protestation.
Au tournant du siècle, il continuera de collaborer à L’Éclair et au Figaro puis au Gaulois, au Matin, à Comœdia, et sera élu à l’Académie Goncourt en mai 1919.

Sources et bibliographie : on pourra consulter son dossier de la Légion d’honneur sous la cote : LH/189/16.

Philippe Oriol

Wikipédia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *