Thierry d’Alsace

Alsace, Thierry, Arnaud, Laurent, Baudoin, comte d’, Prince d’Hénin, homme politique français, né à Wassenaar (Pays-Bas) le 5 août 1853*, décédé à Paris le 24 février 1934.

Cet ancien officier d’ordonnance de Galliffet, après sa démission de l’armée, devint conseiller municipal puis maire de Frébécourt (Vosges), avant de se présenter à la députation. Élu dans les Vosges, il fut député de 1894 à 1909 (à la quasi-unanimité à chaque fois) et, rallié, intégra le groupe Républicain progressiste.
Le 10 janvier 1895, quelques jours après la dégradation de Dreyfus, il fut des 158 députés qui votèrent la demande d’urgence, rejetée par la Chambre, en faveur de la proposition de loi antisémite de Pontbriand visant à interdire à ceux qui n’étaient pas Français ou nés de parents naturalisés Français depuis trois générations d’être admis dans l’administration, l’armée ou la marine ou à faire partie d’une assemblée élective (Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des députés, 11 janvier 1895, p. 16). À la fin de 1897, le lendemain de la dénonciation d’Esterhazy par Mathieu et de la publication de la lettre de Scheurer-Kestner à Ranc, il interpella le ministre de la Guerre Billot, demandant les « explications nettes et précises qu’attendent l’armée et le pays » (Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des députés, 17 novembre 1897, p. 2445) et regretta de ne pas les avoir eues : « J’avoue que je regrette que le ministre de la guerre n’ait pas été plus catégorique dans sa réponse à la question que je lui ai posée au début dés incidents Dreyfus-Esterhazy » (« Opinions », La Presse, 5 décembre 1897).
Par la suite, s’il ne fit pas la moindre allusion à l’Affaire dans sa profession de foi pour les élection de 1898 (Recueil Barodet 1898, p. 825-826), il vota constamment en antidreyfusard : ordres du jour Lavertujon (respect de la chose jugée et hommage rendu à l’armée), Habert et Richard (condamnation des « meneurs de la campagne odieuse entreprise pour troubler la conscience publique »), de Mun (demandant au gouvernement de « prendre les mesures nécessaires pour mettre fin la campagne entreprise contre l’honneur de l’armée »), affichage du discours de Cavaignac, loi de dessaisissement, contre l’ordre du jour Sembat demandant l’affichage de l’arrêt de la Cour de cassation proclamant la révision, ordres du jour Chapuis des 22 mai 1900 et 7 avril 1903 (s’opposant à la reprise de l’Affaire), mais répudia toutefois le geste de Christiani qui, au meeting d’Auteuil, avait frappé le président Loubet. En 1906, ce défenseur de la chose jugée, s’inclina devant l’arrêt de la Cour de cassation, votant la réintégration de Dreyfus et de Picquart et refusant, logiquement, les demandes de sanctions disciplinaires à l’égard des officiers compromis formulées par Pressensé. Il vota aussi contre le projet de loi relatif au transfert des cendres de Zola au Panthéon (proposition de loi Breton) et s’abstint sur l’ordre du jour de Réveillaud « rendant hommage aux artisans de la révision ». En 1908, il choisit, contre les antidreyfusards acharnés et par respect toujours de la décision de justice, de voter la condamnation des attaques contre la Cour de cassation après les campagnes de L’Action française et de L’Autorité (ordre du jour Dalimier).  
En 1909, il se présenta aux élections sénatoriales et fut élu. Il demeurera sénateur des Vosges jusqu’à sa mort, en 1934. Pendant la guerre, il reprit du service et obtint d’être envoyé sur le front, d’où il revint avec la Croix de Guerre. Parfait modéré, quoiqu’antisémite, le comte d’Alsace sut, relativement à l’Affaire tout du moins, toujours rester du côté de la majorité, s’inclinant devant le respect de la chose jugée qu’elle fût celle qui condamna Dreyfus comme celle qui le réhabilita.

Sources et bibliographie : On consultera son dossier de la Légion d’honneur sous la cote : LH/26/31 .

Philippe Oriol

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *