Jules d’Arzac

Arzac, Jules d’, traducteur (?) français dont nous ignorons tout.

Jules d’Arzac a sans doute existé même s’il est impossible de trouver la moindre trace de lui. Il semble qu’il fut le traducteur d’un unique ouvrage : Unschuldig getrennt : Dreyfus, des unschuldig Verbaunten und seiner Gattinergreifendes Schicksal (Dresden, Mignon-Verlag, [1931]) d’Eugen von Tegen. Mais curieusement, le nom de cet auteur n’apparaît pas sur la traduction française et seul celui de Jules d’Arzac y figure comme auteur (et uniquement sur le premier fascicule, plaquette de présentation de l’ensemble). Il existe de ce roman très illustré, publié en livraisons et titré Le Calvaire d’un innocent, deux éditions : la première, en 162 livraisons pour près de 5 184 pages, en trois volumes, date de 1931-1932 et a été publiée à la Librairie moderne (mention qui n’apparaît qu’à partir de la 129e livraison) ; la seconde, en 84 livraisons pour un total de 1344 pages, fut publiée avec de nouvelles illustrations en 1953 au Bonheur du foyer.

Sources et bibliographie : Sur ce roman dont on parle peu, voir Alain Pagès, « Histoire et fiction. L’affaire Dreyfus au théâtre », Les Représentations de l’affaire Dreyfus dans la presse en France et à l’étranger, Tours, Publications de l’université François-Rabelais, 1997, p. 185-186. VOir aussi et surtout la notice de Jean-François Le Deist sur le site éditionspopulaires.

Philippe Oriol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *