Henri Alpy

Alpy, Henri, Marie, avocat et homme politique français, né à Mantes (Seine-et-Oise) le 15 janvier 1849*, décédé à Paris le 13 janvier 1928.

Tout d’abord substitut du Procureur de la République à Bar-sur-Aube (1875), Alpy, docteur en droit (1872), démissionna en 1880 et devint avocat. Royaliste, membre de l’Association antimaçonnique de France, il fut conseiller municipal du quartier de l’Odéon de 1890 à 1925 (soutenu par La Libre Parole en 1900 : « Alpy n’a pas nos opinions politiques mais il est franchement et fermement patriote », 6 mai ; et canddidat le Ligue de la patrie française dont il demeura proche – voir « le banquet d’aujourd’hui, La Presse, 21 octobre 1903) et conseiller général de la Seine. Après avoir pris la parole au meeting antisémite du 17 janvier 1898 qui fut empêché par les anarchistes et les socialistes, avoir assisté au procès de Rennes où il protégea Arthur Meyer d’imaginaires menaces (Bertin-Mourot, Mes souvenirs, BNF non encore coté, f. 27-28), il fut l’avocat du lieutenant-colonel Rollin au procès Dautriche et écrivit, comme les autres avocats étant intervenus dans ce procès, au procureur général Baudouin après son réquisitoire de juin-juillet 1906 dans lequel étaient malmenés les acquittés qu’il avait défendus (L’Éclair du 4 juillet).

Sources et bibliographie : la lettre publiée le 4 juillet 1906 a été reprise dans Cassation II. V, tome 2, p. 669.

Philippe Oriol

BHdV

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *