Pierre d’Alheim

Alheim, Pierre d’, baron, écrivain français né à Saint-Cydroine (Yonne) le 8 décembre 1862*, décédé à Paris le 11 avril 1922.

Cet ancien élève des Langues-O, spécialiste de musique et de danse, auteur de Moussorgski (1896) et de Sur les pointes (1897), auteur aussi de quelques études sur Villon, correspondant du Temps en Russie, fut attaché au secrétariat de rédaction de l’éphémère La Volonté. Il signa aussi, seul engagement à notre connaissance, la protestation en faveur de Picquart (1ère liste).

Philippe Oriol

1 réflexion sur « Pierre d’Alheim »

  1. Régis Gayraud

    Merci. Il était également le mari de la cantatrice russe (soprano) Maria Alexeievna Olénine d’Alheim (1869-1970). A Moscou, Maria Alexeievna organisait des conférences sur la musique dans son hôtel particulier transformée en « Maison du lied ». Pierre d’Alheim a traduit en français le livret de « Boris Godounov » de Moussorgski. Ils s’installèrent à Paris après la Révolution russe, mais Pierre d’Alheim mourut rapidement (en 1922). Sa veuve, qui continuait à chanter l’opéra russe à Paris, poursuivit les causeries sur la musique dans son atelier du 10, rue Faustin-Hélie, Paris XVIe et se reconvertit en professeur de chant. En 1959, elle fit partie de ces émigrés russes qui prirent le chemin de l’URSS, abusés par la propagande soviétique. Elle y mourut centenaire en 1970. Le wikipedia russe indique que sous l’Occupation, elle aurait rejoint la Résistance et aurait caché des juifs dans son appartement parisien.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *