Comte de Bernis

de Pierre de Bernis, Jules, Henri, François, homme politique français, né à Grenoble (Isère) le 8 janvier 1842*, décédé au Château de la Marine (près de Nîmes) le 18 février 1902.

Après Saint-Cyr (1862), Bernis, alors lieutenant au 10e régiment de chasseurs à cheval, démissionna de l’armée en 1867. Conseiller municipal de Nîmes en 1871, conseiller général du Gard en 1880, il se présenta sous l’étiquette monarchiste en 1885 et fut battu. Il fut élu député du Gard en 1889 et réélu en 1893. Il fut président du comité orléaniste en 1889.
Le 10 janvier 1895, quelques jours après la dégradation de Dreyfus, il fut des 158 députés qui votèrent la demande d’urgence, rejetée par la Chambre, en faveur de la proposition de loi antisémite de Pontbriand visant à interdire à ceux qui n’étaient pas Français ou nés de parents naturalisés Français depuis trois générations d’être admis dans l’administration, l’armée ou la marine ou à faire partie d’une assemblée élective (Journal officiel. Débats parlementaires, 11 janvier 1895, p. 16). À la suite, il vota à la Chambre en antidreyfusard : le 4 décembre 1897, l’ordre du jour Lavertujon affirmant le « respect de la chose jugée » et « l’hommage rendu à l’armée par le ministre de la Guerre », l’ordre du jour d’Habert et Richard flétrissant les « meneurs de la campagne odieuse entreprise pour troubler la conscience publique », et, le 13 janvier 1898, l’ordre du jour de Mun demandant après « J’Accuse… ! » au gouvernement de « prendre les mesures nécessaires pour mettre fin la campagne entreprise contre l’honneur de l’armée ».
Il est surtout demeuré célèbre pour l’altercation qu’il eut à la Chambre, le 22 janvier 1898, avec Jaurès alors que le député de Carmaux avait pris la parole, suite à une déclaration de Méline. Quand Jaurès reprocha à Méline les « poursuites incomplètes dirigées contre Zola », Bernis lui hurla « vous êtes l’avocat du Syndicat », ce à quoi Jaurès riposta en traitant le député du Gard de « misérable » et de « lâche ». Socialistes et députés de droite en vinrent aux mains, et Bernis, après avoir reçu un coup de Gérault-Richard, réussit à frapper Jaurès au visage. La troupe fit évacuer la salle et le lendemain Bernis envoya ses témoins à Jaurès, auxquels il fut répondu par Constant et Grousset que son geste de la veille le plaçait « en dehors de tout droit d’une réparation par les armes » (voir Reinach, I, p. 883-884 ; André Daniel, L’Année politique 1898. Paris, Fasquelle, 1899, p. 59-60 ; Journal officiel. Débats parlementaires, 23 janvier 1898, p. 159-160). Un punch d’honneur lui fut offert par 1 500 de ses électeurs le 29 janvier à Nîmes (L’Éclair (du Midi), 30 janvier 1898). Quelques jours plus tôt, le 23 janvier, il avait déclaré au Matin, ne reniant rien de son geste de la veille : « Je suis sûr […] d’avoir tout le pays pour moi. Le pays est las de cette agitation que M. Jaurès et ses amis entretiennent pour la défense des traîtres et de leur syndicat » (« chez M. de Bernis »).
Bernis joua un rôle important dans la vie politique gardoise au moment de l’Affaire : il présida le Cercle Saint Charles, cercle monarchiste à Nîmes (Archives départementales du Gard). Lors de la campagne des législatives de 1898, le débat gardois sur l’affaire Dreyfus resta feutré, bien que sous-jacent. Bernis – opposé à Delon-Soubeyran, candidat radical socialiste dans la première circonscription de Nîmes qui le battra – et ses amis se bornèrent souvent à demander des comptes à leurs adversaires au sujet de leurs votes à la Chambre. Pendant cette campagne, Bernis fustigea le gouvernement Méline, et son manque de vigueur et de franchise « contre le honteux syndicat cosmopolite qui essaye de déshonorer l’armée, espérance suprême de la patrie » (profession de foi publiée dans « Chronique électorale », L’Éclair de Montpellier, 4 mai 1898). Battu, il remercia ses électeurs et, ne voulant voir dans sa défaite « qu’un incident dans la lutte de la France catholique et royaliste contre les sectaires francs-maçons, juifs et protestants qui la mènent aux abîmes » (« Après le scrutin», Le Roussillon, 25 mai 1898 ; repris dans La Gazette de France, 26 mai), les engagea à continuer le combat.
Le 14 mars 1899, lors de la venue à Nîmes de Francis de Pressensé, Bernis organisa une contre-manifestation, exhortant par voie d’affiche ses électeurs à se réunir devant la salle de conférence. À cette occasion, Il fut bousculé par des opposants, et dut être protégé de la foule par ses partisans qui le firent échapper. Le groupe alla continuer sous les fenêtres du cercle militaire (AD du Gard).
Après sa défaite aux Législatives de 1898, Bernis abandonna la vie politique.

Sources et bibliographie : Valérie Lamotte : L’Opinion gardoise face à l’affaire Dreyfus. Mémoire de maîtrise, inédit. On trouvera, aux Archives de la Préfecture de Police, sous la cote Ba 958, un bien maigre dossier à son sujet.

Valérie-Lamotte Duchemin

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *