Abbé Barallon

Barallon, abbé français dont les dates nous sont inconnues.

Curé près d’Antrain (Ille-et-Vilaine), l’abbé Barallon écrivit à Scheurer-Kestner, en janvier 1898 pour lui « offrir l’hommage de [s]on estime et de [s]on respect » : « J’ignore si le capitaine Dreyfus est innocent ou coupable – L’avenir nous le révélera peut-être. Mais je sais dès aujourd’hui que vous êtes un homme de cœur, un serviteur de la Justice. Votre conduite est pour tous un noble exemple de courage civique et de dévouement à la cause du Droit. Je souhaite que mon pays et tous les pays produisent beaucoup d’hommes qui vous ressemblent. Ce serait bientôt la fin du règne du mensonge et de l’iniquité » (BNF n.a.fr. 23821, f. 9. Citée dans Pierrard, p. 70 qui orthographie son nom « Baraillon »).

Philippe Oriol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *