Georges Bernollin

Bernollin, Georges, militaire français, né en 1869 ou 1870, décédé probablement après 1933.

L’ex-caporal Bernollin, qui avait attaché à la 20e section d’État-major et était alors commis des postes et télégraphes à Lyon fut entendu, lors de l’instruction de 1894, par d’Ormescheville. Chargé, en février 1894, du secrétariat du colonel de Sancy au 2e bureau, il avait eu à effectuer la copie d’un document « secret ou confidentiel » relatif à Madagascar. Il témoigna, sans pouvoir dire autre chose, que le document aurait pu, parfois, lorsqu’il était dérangé, « rester à découvert et être lu en partie ou tout du moins vu lorsque des officiers connus de [lui] venaient, dans [s]a pièce » et qu’au nombre de ces officiers figurait le capitaine Dreyfus qui « a pu venir d’après ce que je me rappelle, quatre ou cinq fois dans la pièce où je me trouvais […] ». À partir de ce témoignage qui indiquait peu de choses et en prouvait moins encore, d’Ormescheville s’autorisa dans son rapport des recoupements qui sous-entendaient des déductions (Cassation I. II, tome 2, p. 85-86) que le colonel Maurel, président du Conseil de guerre de 1894, fit siennes, déclarant que la note sur Madagascar du bordereau était celle de Bernollin. Dreyfus, qui ne connaissait pas Bernollin et ne lui avait jamais adressé la parole, qui n’avait jamais « eu connaissance d’aucun travail sur Madagascar » (Dreyfus, « Notes au sujet des dépositions » et « Résumé de mes impressions sur la lettre incriminée », fonds Demange, AN 387 AP/11), demanda une confrontation que Maurel s’empressa de refuser (Reinach I, p. 227).

Sources et bibliographie : la déposition de Bernollin se trouve dans Cassation I. II, tome 2, p. 67-68. On consultera son dossier militaire au SHD sous la cote : 6 Yf 43522..

Philippe Oriol

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *