Joseph Belon

Belon, Maris, François, Joseph (dit aussi José), caricaturiste français, né à Alais (Gard) le 13 octobre 1861*, décédé en 1927.

Belon, frère de Paul Belon, auteur de nombreux livres illustrés (En suivant M. Carnot, 1893 ; Grands Albums fin-de-siècle, 1894, etc.), collabora à un très grands nombres de journaux et revues (L’Événement parisien, Le Journal amusant, Le Tartarin, La Chronique parisienne, La Journée, Le Chat Noir, Le Soleil du dimanche, Gil Blas illustré, L’Écho de Paris, Le Petit Journal, Le Journal pour tous, La Petite Caricature, La Patrie, Le Charivari, Le Rire, L’Intransigeant, Le Carillon, Le Courrier français, etc.).
Antidreyfusard, il illustra, pour L’Intransigeant et La Patrie, en un ou plusieurs dessins par jour, les comptes rendus du procès Zola. 

 

 

À deux reprises, il avait même, dans le second, donné des « Notes d’un dessinateur », occasion de décrire « l’attitude piteuse » de Zola, « la mine futée » et « l’œil fuyant » de Picquart, la bravoure de Gonse ou « l’impression de force de nature à bien rassurer le pays sur cette armée que l’on veut disqualifier » qui se dégageait de Pellieux et de Lauth (« Croquis d’audience. Notes d’un dessinateur », 15 et « Tous experts. Autour du bordereau », 18 février 1898).

il est aussi, en 1900, l’auteur d’une carte postale intitulée « La Grâce de Dreyfus » – Émile Loubet de dos – et qui est la reproduction d’une affiche pour le journal L’Intransigeant et dont nous connaissons deux versions. La première (151×110.3 cm) :

Musée de Bretagne

et la deuxième (31,4×24 cm) :

Collection particulière et Musée de Bretagne

Xavier Granoux la mentionne dans son Catalogue Descriptif Des Cartes Postales Illustrées, Françaises Et Étrangères, Parues Depuis 1894 :

BHVP

et signale un pastiche sur fond bleuté :

BHVP

De ce pastiche, il existe aussi une version sur fond crème, inconnue de Granoux :

Collection particulière

De même, il fut fait de ce dessin une affiche au format 86.5×62.7, qu’on trouve au musée de Bretagne, et qui donnait le dessin seul :

Musée de Bretagne

À partir d’avril 1900, il donna donc régulièrement des dessins à L’Intransigeant dont certains, dans une version en couleurs et que nous donnons à la suite pour les rares en rapport avec l’Affaire, seront repris dans les Album de L’Intransigeant (4 numéros de 1900 à 1904).

Émile Loubet

Plus un dessin sur l’affaire Coblentz :

Par la suite, Belon deviendra peintre de paysage.

Sources et bibliographie : Xavier Granoux, L’Affaire Dreyfus catalogue descriptif des cartes postales illustrées, Paris, Daragon, 1903, p. 48-49.

Philippe Oriol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *