Ferdinand Aillaud

Aillaud Ferdinand, négociant et homme politique, date de naissance inconnue, mort à Tizi-Ouzou en août 1907.

Fabricant d’huiles, adjoint au maire de Tizi-Ouzou, AIllaud, se présenta au Conseil général en septembre 1898 sous l’étiquette « radical-anti-juif »

Je place le côté politique au second rang : j’estime qu’un conseiller général doit surtout s’occuper des affaires proprement dites ; mais si je suis appelé à donner mon avis sur des questions politiques, vous savez que mes opinions sont  radicales. La question juive ne m’est pas inconnue ; il faudrait n’avoir jamais eu à faire à un Juif pour ne pas être profondément et sincèrement antijuif. (« Aux électeurs de la 27e circonscription », Le Petit Kabyle, 11 septembre 1898).

Soutenu par Max Régis (« Réunion publique », Le Petit Kabyle, 11 septembre), il sera élu et réélu en 1904. À sa mort, son nom sera donné à une avenue d’Alger.

Philippe Oriol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *